Maternité de Necker : un centre dédié au suivi des grossesses à risque foetal

 

 

La maternité Necker permet à près de 3000 bébés de voir le jour chaque année : 1200 enfants naissent avec des maladies nécessitant une prise en charge plus ou moins urgente et lourde. Ces enfants peuvent être soignés dès leur vie foetale, si nécessaire, grâce aux équipes médicales du plus grand Centre Pluridisciplinaire de Diagnostic Prénatal (CPDPN) de France.

En plus des grossesses normales, la maternité Necker s’est spécialisée dans le suivi de toutes les grossesses à risque foetal (malformations cardiaques, digestives…). La prise en charge de la future maman puis de son enfant est totale : le suivi débute avant la naissance, la maman accouche dans le service et son enfant est pris en charge immédiatement en fonction de sa maladie.

Une équipe médicale pluridisciplinaire

Le CPDPN comprend des médecins spécialistes de la grossesse, de la naissance, des maladies de la prise en charge des nouveau-nés – y compris des maladies génétiques- et de l’accompagnement des couples : obstétriciens, échographistes, pédiatres, néonatologues, généticiens, psychiatres et psychologues. Et aussi, des médecins très spécialisés : chirurgiens pédiatres, cardiopédiatres, neuropédiatres, spécialistes de l’IRM anténatale, fœtopathologistes, biologistes… « Il n’y a pas une anomalie du fœtus et du nouveau-né dont le sujet ne soit pas couvert à Necker. Tout type d’interventions qui se fait n’importe où dans le monde sur le foetus, se fait également à Necker ! », assure le Pr Ville, chef de service de gynécologie-obstétrique de l’hôpital Necker, à Paris. Cela signifie que les familles peuvent espérer une prise en charge optimale de leur fœtus, quelle que soit sa maladie et/ou sa malformation.

Une intervention chirurgicale par jour in utero

« Notre activité de traitement prénatale est colossale : nous faisons 250 actes de chirurgie intra utérine par an, soit près d’une intervention in utero par jour. Pour cela, nous sommes une équipe de 3 chirurgiens : le Dr Julien Stirnemann, le Dr Claire Colmant et moi-même. Nous opérons toujours les fœtus par voie endoscopique, nous nous refusons à opérer à utérus ouvert », note le Pr Ville.

Le parents d’enfants à naître ayant des anomalies et/ou maladies peuvent espérer une prise en charge optimale, à la pointe de la recherche. Les intervention chirurgicales effectuées sur les foetus concernent un panel très large de pathologies : traitements des conséquences de l’infections par la cytomégalovirus sur le fœtus ; grossesses multiples font les fœtus partagent un seul placenta (chirurgie placentaire), interventions sur des cœurs foetaux sous échographie, chirurgie du spina-bifida (malformation de la colonne vertébrale) par voie endoscopique, hernies du diaphragme, malformations urologiques du foetus … Le CPDPN est également investi d’une mission de recherche en imagerie foetale (par le biais d’une plateforme appelée LUMIERE) que développe le Pr Salomon avec l’équipe de radiologie pédiatrique. « L’objectif est de développer l’imagerie prénatale et périnatale pour repérer au plus vite et au mieux les anomalies du fœtus », précise le Pr Ville.

Des IMG évitées

Les familles qui peuvent prétendre à une interruption médicale de grossesse (IMG) peuvent être reçues, à Necker, le jour même ou le lendemain du diagnostic de l’anomalie foetale par une équipe spécialisée. Une pratique qui a des effets natalistes. D’après le Pr Ville, « malheureusement, beaucoup d’IMG résultent d’une information insuffisante ou tardive. Le fait de leur apporter une réponse précise et claire aux possibilités de traitements du fœtus ou du nouveau-né permet de prendre une décision plus juste, fondée sur des arguments éclairés et d’envisager l’avenir plus sereinement».

H H-P